samedi 4 janvier 2014

Florence Ledoux, c'est moi!

Prémisse:

Petite, je dessinais tout le temps. J'inventais des personnages, des histoires, des univers. J'adorais raconter. Je rêvais d'être illustratrice, métier que j'avais découvert dans ma revue Astrapi. Mes parents m'ont inscrite à l'Académie des Beaux Arts de Wavre le weekend. J'adorais y aller. Je vivais ma semaine dans l'attente de mes samedis. J'ai fait 3 ans en dessin et une année en gravure que j'ai particulièrement savourée.

Au moment du choix des études supérieures, j'ai choisi les mots plutôt que les pinceaux et j'ai entamé des études littéraires à l'ULB.

Pendant mes études en philologie romane, j'ai poursuivi l'Académie, mais en classe de photographie.

Deux nouvelles manières de raconter des histoires et deux belles passions. Je suis devenue libraire jeunesse et photographe amateur.

Quant à mes pinceaux, crayons et pastels secs, ils sont restés mes compagnons de vie mais se sont fait plus discrets.

Et les fresques murales alors?

Tout a commencé en peignant des scènes de nature sur les murs de mon chez moi. Puis, mon amie Caroline, enceinte de son premier bébé, m'a proposé, avec une confiance hallucinante, de décorer la chambre de sa fille Noor. Glycine, lierre, érable et une multitude de petits animaux. Le tout en taille réelle avec une technique proche de l'aquarelle grâce aux pigments et liant naturels de chez Naturellement. Cent heures de travail. Une grande fierté! (appareil photo jetable, désolée!)





Deux ans après, un petit frère était en route et les murs de sa chambre criaient "nous aussi, nous aussi". J'avais gagné en confiance et en technique, et avais envie de peindre de grands animaux. Ça tombait bien, Caroline rêvait d'une girafe! La chambre d'Arès fut tanzanienne avec un girafon et un léopard grandeur nature. Même technique et même nombre d'heures. Enooorme fierté! (idem, redésolée!)








Les tissus peints en ombres chinoises.

Entre-temps, j'avais rencontré Jean et Lidia, un jeune couple qui avait ouvert le magasin Nature Gallery, près de la porte de Namur, à Bruxelles. C'était un peu l'ancêtre de Nature et Découvertes. Coup de foudre immédiat! J'ai travaillé pour eux en faisant des dessins pour des cartes événementielles. 

Jean étant parti au Canada en solitaire, Lidia m'a demandé de peindre deux grands tissus, pour mettre dans les vitrines comme cadeau surprise pour son retour. J'avais vu une photo d'un grizzli dressé au bord d'un rocher et se découpant en noir devant une immense lune. J'ai repris cette image pour l'un des tissus et pour l'autre j'ai adapté la photo d'un pygargue à tête blanche perché sur un arbre dénudé. J'utilisait toujours les pigments naturels de chez Naturellement, mélangés au liant Biofa et à de l'eau pour le fond et une peinture plastique noire pour les ombres chinoises. Cela permettait de laver le tissus. Une large ourlet en haut et en bas permettait d'y glisser des bambous pour le suspendre. 




Gros succès! Jean et Lidia en ont fait un événement pour le magasin et moi j'avais trouvé une technique, à améliorer, certes, mais qui est devenu petit à petit ma marque.

Deux autres demandes ont suivies: Un grand tissu sur le thème du printemps et un sur celui de l'été. Tous deux dans le sens de la largeur pour venir décorer le mur du fond du magasin. J'ai choisi, pour le printemps de mettre en scène une naissance: une chevrette et son faon à l'abris des feuillages dans les tons verts-jaunes.



Pour l'été, j'ai pensé à la chaleur de l'Afrique et j'ai opté pour une scène de chasse avec un lion poursuivant deux gnous dans les tons chauds d'un coucher de soleil.



J'ai adoré faire ça! La liberté autour de la thématique, la recherche iconographique, la composition à partir des différents éléments trouvés afin de raconter un instant dans la vie animal, la force et la lisibilité immédiate qui ressortent des ombres chinoises, le calme ressenti lors de l'exécution...

Puis, le tourbillon de la vie nous a tous pris: la naissance des jumeaux de Jean et Lidia et leur décision de fermer le magasin et d'aller vivre dans le sud de la France, mariage pour moi, nouveau travail et nouveaux projets.

Là, depuis 2012, il semblerait que l'appel du mur et de l'ombre chinoise résonne à nouveau, alors...

Ledoux fait le mur!